OPALE : la robe qui a failli me rendre chèvre

En Mars, j’ai inauguré un beau livre de couture que l’on m’a offert pour mon anniversaire : Grains de Couture Hommes et Femmes, d’Ivanne Soufflet. Un livre de bons basiques auxquels on peut apporter quelques variantes : les modèles sont ainsi adaptés au niveau technique de la couturière.

J’ai choisi de réaliser la robe Opale : une petite robe cintrée, ajourée dans le dos, parfaite pour l’été. Parfaite aussi pour celle à qui je souhaite l’offrir. Au niveau technique, cela me semblait abordable. Bien sûr, en bonne débutante que je suis, j’ai opté  pour la version 3*… La version la plus difficile… qui m’en aura fait voir de toutes les couleurs.

Au début pourtant, tout se passait bien. Montage du col sans difficulté, couture des pinces sans problème. J’ai même appris à faire des plis creux, grâce à des explications précises et didactiques à la fin du livre.

Ensuite, les difficultés sont arrivées ! Je me suis vite aperçue que le tissu choisi (un coton avec une pointe de lycra) ne serait pas aisé à coudre : il glissait malgré le marquage des plis au fer à repasser. Et mes finitions, surtout sur les parties ajourées du dos, s’en sont ressenties : on voit que j’ai bougé ce qui, en couturière trop perfectionniste que je suis, m’a bien agacée. Puis, après plusieurs essais, impossible de faire coïncider les plis du jupons avec les pinces du haut : le doute s’est alors installé, j’ai bien pesté. J’ai fini par trouver un compromis qui m’allait à peu près et suis arrivée à l’étape… du montage de la fermeture éclair. Ah non, pas ça ! Je ne suis tellement pas à l’aise que j’ai pensé sauter cette étape.. Mais cela aurait été trop facile pour moi… moins pour l’heureuse élue qui aurait eu bien du mal à enfiler la robe ! Cette étape m’a fait encore un peu plus râler ! C’est un peu de ma faute néanmoins : j’aurais dû surfiler à la main la fermeture éclair avant de coudre. Cela aurait permis d’avoir une couture plus nette et précise. Quant aux nœuds, rien de particulier à souligner. Ils cachent surtout les imperfections de la surpiqûre.

Bref, je ne suis pas satisfaite de ma réalisation : j’ai pourtant décidé de la partager avec vous. Comme je l’ai écrit dans la présentation du blog, les articles sont là aussi pour témoigner du meilleur comme du pire! Et pour info, la robe sera quand même offerte : comme robe de plage, elle sera pas mal !
P1020815P1020817P1020821P1020819

Et vous, avez-vous déjà cousu une robe Opale ? Aviez-vous eu des difficultés ?

Publicités

Décidément ça n’arrête pas !

En mars, je vous avais parlé de « Flow », ce nouveau magazine lancé en février… qui fait beaucoup de bien. Et bien décidément ça n’arrête pas ! Début avril, une nouveauté a encore surgi dans les kiosques. Le magazine des tendances à suivre : « As you like ». 

P1020809

 « As you like » est un petit concentré d’inspirations, « As you like » est un dénicheur de tendances.  Conçu comme un carnet de tendances, le magazine recense le meilleur de la blogosphère et des réseaux sociaux sur des thèmes assez classiques de magazines féminins : mode, beauté, cuisine, voyage… Selon les articles, une blogueuse nous présente son univers, ses inspirations, ses bons plans, ses astuces… Parfois, c’est une sélection des « it-produits/lieux/sorties » du moment.

Ce que j’en pense ?

Je trouve le concept très innovant : lier le digital et la presse, qui l’eût cru ? On dit tellement souvent qu’internet tue la presse : belle revanche, non ? Cette ambition « d’omnicanalité » dans la presse (marketing quand tu nous tiens!) est moderne et audacieuse. La ligne éditoriale est claire, totalement dans l’air du temps et accessible à toutes. La mise en page dynamique, tel un carnet de tendances, renforce le rôle de sélectionneur que se donne le magazine : beaucoup de couleurs, de photos qui mettent en scène les produits… La mise en page incite à personnaliser son magazine et laisser aller ses idées, son inspiration, sa créativité grâce aux « wish lists » vierges, de pages à colorier etc…

Bref, je ne sais pas encore si je deviendrai une fidèle lectrice de « As you like »… En attendant le prochain numéro, dans 3 mois, je vous conseille d’y jeter un oeil par curiosité : ce magazine au concept fort vaut le détour…

Le printemps est là, les petits pois aussi

Premières journées de printemps, premiers rayons de soleil, premières terrasses… Bientôt les ponts de mai, les pique-niques, les vacances… Pour tous ces moments, il faut une garde-robe adaptée !

C’est pourquoi aujourd’hui les petits pois sont de sortie ! Discrets, ils apportent fraîcheur et légèreté à cette petite blouse : qu’en pensez-vous ? Certainement pas grand chose encore car ils ne sont pas très visibles sur la photo !

unnamed6L’ensemble est très simple mais j’apprécie le tombé fluide et les quelques fronces du col. La blouse est néanmoins un peu large car j’ai cousu une taille L : il faudra que je la reprenne, grâce à mon buste de couture, pour qu’elle soit un peu moins ample sur les côtés.  Et le petit noeud dans le dos, c’est « le détail qui fait que », « la petite touche en plus » comme on dit de nos jours.

unnamedLe petit noeud, qu’on ne voit pas et qui ne veut pas se mettre droit

unnamed5ublouse4Simple, cette petite blouse l’est dans sa forme. Simple, cette petite blouse l’est aussi et surtout dans sa confection. Le modèle est issu du livre Liberty, dans la collection « Mes carnets de couture » (Ed. Hachette). C’est le premier livre de patrons que j’ai acheté quand je me suis mise à la couture : je le recommande vivement aux couturières débutantes car les explications sont de vraies « pas à pas », accessibles et claires.

Et vous, êtes-vous aussi en train de coudre vos petits basiques de l’été ?