Petite idée « sortie » pour long week-end

A l’aube de ce long week-end, je vous suggère une idée de sortie : aller visiter la passionnante exposition « Déboutonner la mode », au Musée des Arts Décoratifs de Paris.

P1020862

Pour nous tous, le bouton est un objet utile, un objet du quotidien auquel d’ailleurs on accorde plus d’importance qu’on ne le pense. Qui, en effet, n’a jamais décousu les boutons d’un vêtement trop fatigué « au cas où ça pourrait servir » ? Qui ne les a jamais ensuite conservés et regroupés dans une vieille boîte de Vosgiennes en métal (oui, peut-être plus votre Mémé / Mamie que vous en fait) ?

Pour nous les couturières, si le bouton est utile, il est aussi et surtout une marque d’élégance, un « outil » pour donner du relief. Le révélateur d’un style, le reflet de la mode d’une époque.

On est là au coeur de ce que veut nous montrer l’expo : le bouton est plus complexe qu’il n’y parait.

Le contenu est passionnant. Bien sûr, des quantités de boutons sont exposés : des plus simples aux plus extravagants, dans toutes les matières possibles et inimaginables. Ce qui est intéressant, c’est de voir l’évolution du rôle du bouton dans la couture depuis le 18ème siècle et comment celui-ci a influencé les styles de certains grands couturiers (vous allez fondre devant de superbes réalisations de Gabrielle Chanel, Christian Dior !!). Bref, on apprend vraiment plein de choses. Que vous soyez ou non intéressé(e)s par la couture, c’est une belle découverte !

Pour finir, je souhaite juste partager 2 petites choses de l’expo que j’ai trouvées très actuelles :

  • Une citation, issue du magazine « Modes et Travaux » (1941) :

 Les boutons sont le maquillage de la mode

  • Une page d’un magazine « Vogue » (j’ai oublié de noter l’année de parution)

expo

« Les boutons sont toujours à la mode »

Publicités

Qu’est ce qu’on dit ? Merci !

Comme vous aviez pu le constater ici, réaliser des cartes, c’est aussi mon dada ! Pour souhaiter un anniversaire, ses bons vœux ou tout simplement pour dire « merci » : j’aime créer de petites cartes.

Aujourd’hui, j’ai décidé de partager un petit tuto tout simple pour réaliser une petite carte à écailles ! Le 1er tuto de Lulu Blanche !

Le matériel :

P1020822

  • Du papier épais : uni, coloré, fleuri, graphique … Comme vous préférez!
  • Des lettres tampons
  • Des ciseaux, un cutter
  • De la colle d’écolier
  • Une chute de ruban (facultatif : si vous souhaitez cacher la partie des écailles)

La conception : 

1. Découper le support de la carte aux dimensions souhaitées puis marquer légèrement le cadre dans lequel viendront se coller les écailles.

P1020824

2. Faire un gabarit de l’écaille à la dimension souhaitée.

Petite astuce geek : pour avoir des écailles assez identiques, j’ai dessiné puis imprimé le gabarit grâce aux formes prédéfinies disponibles sur Power Point.

 3. Reporter la forme sur 3 papiers de couleurs/motifs différents. La quantité d’écailles à découper dépendra bien entendu de la surface à décorer.

P1020833 P1020836

P1020838

4. Coller les écailles en commençant par le bas du cadre et en alternant les couleurs. Pour la 1ère rangée, positionner les écailles de telle sorte que le trait de crayon du cadre soit invisible. Ensuite, laisser aller votre imagination pour la disposition des écailles !

P1020839 P1020840

5.  Écrire au-bas de la carte « merci » (ou tout autre message !) avec des lettres tampons. Si vous n’en disposez pas, un stylo feutre fin noir fera bien l’affaire. Autre possibilité : découper des lettres dans les magazines / journaux.

P1020841

Bon plan : j’avais trouvé ces lettres tampons chez HEMA pour un prix dérisoire…

6. Les finitions. Coller un morceau de ruban en haut des écailles pour apporter du contraste.

Comme je ne trouvais pas de ruban adéquat (largeur / couleur), j’ai finalement décidé de tailler la carte sur le haut pour avoir des écailles plus courtes. Et voilà le résultat !

P1020853

Cette carte a été pensée pour remercier des amis qui nous invitent à leur mariage cet été ;-). Elle est donc dans les couleurs du faire-part.

A vous de jouer maintenant. La règle est simple : suivre les étapes et s’en détacher toujours un peu !

Bleu comme bleu de travail? 

En ce jour de fête du travail, c’est le bleu qui devait être mis à l’honneur. Bleu comme bleu de travail ?!

Mais rien ne s’est passé comme je le voulais. Ma machine à coudre a décidé de ne pas travailler. Normal : c’est férié.

En pleine finalisation, le tissu s’est coincé dans la machine. J’ai réussi à sauver mon haut. Ouf ! Mais malgré des tentatives sur des chutes de tissus, le problème est de nouveau apparu, avec en plus un problème de canette et un bruit peu encourageant. On va aller chez le réparateur… 😦

Je suis très déçue de ne pouvoir vous présenter aujourd’hui ma dernière petite création… Mais ce sont des choses qui arrivent. Et involontairement, c’est une sorte de teasing autour ce fameux haut ?

En tous cas, même si je n’ai temporairement pas de machine à coudre, pas d’inquiétude : les activités créatives continuent ! Car Lulu Blanche, ce n’est pas que de la couture…