Le haut Hong-Kong : une version simplifiée

Avec cette chute des températures, on n’a qu’une envie : repenser à l’été ! J’en profite donc aujourd’hui pour vous présenter la version simplifiée du haut Hong-Kong, tiré du livre Apprendre à coudre ses robes et petits hauts, de Charlotte Auzou, Ed. Mango.

J’ai eu cet été l’envie frénétique de coudre une pièce en tencel. Ce tissu « effet jean », léger et confortable par grandes chaleurs, était à la mode cette saison. Plus que le modèle – très basique avouons-le-, c’est vraiment le choix du tissu qui a motivé cette cousette. Bien évidemment, j’ai trouvé mon bonheur aux Coupons Saint-Pierre : 3 mètres d’un bleu assez clair qui, outre ce haut, va me réserver d’autres belles surprises !

Décidément, les livres de Charlotte Auzou auront été mes compagnons de projet couture cette année. Celui-ci est vraiment un de mes coups de coeur parmi tous les livres achetés jusqu’à présent. Comme tous ses livres, il y a des tutos très clairs qui permettent de gagner en technique de couture. Mais ce n’est pas tout. D’une part, j’apprécie l’idée de proposer des duos : chaque modèle a une version haut / une version robe… Comme le titre du livre l’indique d’ailleurs ! D’autre part, chaque modèle porte le nom d’une grande ville dans le monde : une invitation au voyage, non ? Enfin, Charlotte Auzou fait toujours des suggestions utiles pour customiser, personnaliser sa cousette ou simplifier le travail…

Simplifier le travail : c’est bien ce que j’ai fait. En l’occurence, le haut Hong-Kong est normalement agrémenté d’un dos boutonné. Je n’ai pas fait ce haut boutonné, comme suggéré par l’auteur (celle qui essayait de se trouver des excuses ?). J’étais pressée, je voulais absolument emporter ce haut en vacances… J’ai donc juste assemblé le devant et le dos, de façon tout à fait basique.

Vous l’aurez compris, je n’ai  fait face à aucune difficulté pour réaliser ce haut. La seule chose qui m’ait fait un peu pester : c’est le tissu ! 🙂 Il glisse très facilement, ce qui a rendu la couture de l’ourlet  fastidieuse.

J’ai l’honneur de vous présenter quelques photos prises à Lisbonne. Une ville magique (qui a d’ailleurs un modèle qui lui est dédié dans le livre de Charlotte Auzou !), ornée de magnifiques azulejos. Profitez-en : vous n’aurez que très peu d’occasion de me voir en short / baskets !

img_4116

img_4118

Version 2

Publicités

La robe ceinturée de Charlotte Auzou

Ce soleil et cette chaleur prolongent l’été… C’est pour cela que je vous présente aujourd’hui une tenue qui reste de saison : la robe ceinturée, issue du livre Apprendre à coudre ses vêtements et accessoires, Atelier Charlotte Auzou, Ed Mango.

Pour cette robe, tout est parti d’une envie, d’une envie simple, facile : une envie de vichy. J’ai toujours apprécié ce motif parce qu’il est classique, intemporel. Quelque soit le vêtement, quelque soit l’âge auquel on le porte, il nous rend toujours élégant. Le vichy, c’était aussi une des tendances mode de l’été, un joli clin d’œil à l’époque BB. Après avoir lu le bel article hommage de Caroline, du blog Le bouillon mode, j’ai tout de suite couru jusqu’aux Coupons Saint-Pierre, toute décidée et convaincue de coudre une robe en vichy.

Le modèle proposé par Charlotte Auzou me paraissait tout à fait approprié pour un tel projet. La robe est simple mais le gros noeud de la ceinture lui donne un certain caractère je trouve, un brin vintage.

Réaliser cette robe n’est pas très compliqué en soi. Le haut de la robe est doublé, ce qui donne de la structure et du maintien à l’ensemble. Si la technique de couture des emmanchures et parementures me paraissait au départ un peu complexe – il faut enrouler la robe sur elle-même et piquer directement -, c’est en réalité simple et rapide. L’avantage du livre est de proposer un vrai pas à pas, grâce à des photos très concrètes : cela m’a bien aidée. Je le recommande vraiment aux grandes débutantes.

La seule grosse difficulté a concerné les raccords des carreaux du tissu. Malgré les précautions prises lors de la découpe du patron et du tissu en traçant des lignes pour m’assurer de la continuité du motif, c’est loin d’être parfait… Heureusement que ce raccord se situe sur les coutures des côtés de la robe ; il y a un petit décalage au niveau des aisselles, ce qui reste finalement assez peu visible. J’aimerais tant savoir un jour raccorder les carreaux les yeux fermés et ne plus m’abstenir d’acheter certains tissus pour cause de raccords compliqués en perspective !

img_4369img_4374img_4407img_4396img_4402img_4387

Vichy + robe ceinturée = robe très champêtre, vous ne trouvez pas ? C’est pour cela que j’ai choisi de prendre les photos au milieu des vignes, lors de mes vacances d’été au Portugal. Normalement, je la porte ceinturée au niveau de la taille, c’est-à-dire plus haut que sur les photos. Avec des talons, c’est mieux aussi mais en vacances, c’est plus compliqué ! Et elle sera parfaite aussi avec 2-3 kg en moins l’été prochain ! Mais sur la route des vins du Porto, difficile de refuser une dégustation ! 🙂

Bonne semaine