Une cousette simplissime

Un article rapide pour ce dimanche placé sous le signe du Doliprane ! 🙂

La saga des livres Simplissime n’a pas pu vous échapper, d’autant plus si vous arpentez le rayon des livres de cuisine. Ces livres permettent de réaliser des recettes simples et savoureuses, « qui en jettent », avec un minimum d’ingrédients basiques. La clé du succès ? Un marketing intelligent : une recette par double-page, la photo de chaque ingrédient nécessaire, 3 ou 4 étapes max pour la réalisation de la recette. Si, au départ, j’étais dubitative, me voici aujourd’hui tout à fait convaincue ! Ces livres ont changé nos  dîners entre amis, nos dîners du quotidien (l’éternelle question « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? », c’est fini !) : nous en avons déjà 4 qui trônent dans la bibliothèque !

Mais pourquoi donc vous parler de ces livres de cuisine ?

Parce qu’à Noël, on m’a offert le livre Simplissime Couture. Au départ, j’étais un peu étonnée : ce livre me paraissait uniquement destiné aux couturières débutantes… A force de le feuilleter, j’ai changé d’avis. D’une part, il s’agit d’un recueil de petites cousettes simples, allant de la trousse au tablier, en passant par le poncho, la nappe ou le vide-poche… Bien sûr, on peut trouver plein de patrons de ce type sur Internet… Mais je trouve cela agréable d’avoir une sorte de « Bible » des basiques à coudre. D’autre part, Simplissime Couture est une mine d’idées pour écouler toutes nos petites chutes de tissus, dont on ne veut pas se séparer bien qu’elles nous encombrent ! De plus, on n’a pas toujours le temps, ni l’envie de se lancer dans de grands projets couture : ce livre nous donne quand même l’occasion de coudre des petites choses mignonnes, très rapidement. Enfin, ce livre s’adresse au plus grand nombre : pas forcément besoin d’avoir une machine à coudre pour faire des petites cousettes ! Voici un livre qui devrait faire naître de nouvelles passionnées de couture, non ?

Aujourd’hui, j’avais envie de coudre mais pas trop non plus… Flemme de décalquer un patron, flemme de sortir ma surjeteuse&co. Alors j’ai naturellement ouvert mon Simplissime Couture. J’ai réalisé des protège-cahiers avec des chutes de tissus : l’un est en tissu fleuri, l’autre en wax ! Une idée parfaite pour personnaliser des cahiers… et crâner un peu au bureau ! 😉 C’est un jeu d’enfants qu’il vous est d’ailleurs possible de réaliser sans machine à coudre.

p1030438

Alors, convaincues ? Prête à coudre de façon… simplisme ?! 😉

 

Cartes de voeux : cru 2016

Une année ne débute jamais sans la réalisation des cartes de voeux « maison »! Je vous présente aujourd’hui le cru 2016, en plus de quelques unes déjà dévoilées la semaine dernière pour mon premier post de l’année. Je n’ai pas toujours eu une inspiration au top mais suis néanmoins assez satisfaite de l’ensemble !

Cartes en pailles

Carte de voeux fait main

Matériel : Pailles en papier HEMA, autocollant étoile pailletée HEMA, ficelle from Istambul. Les cartes rondes dentelées sont réalisées grâce à une perforatrice grand modèle achetée sur le site Créavea.

Cartes à paillettes

Carte de voeux fait main

Matériel : Bolduc récupéré d’un cadeau de Noël (oui, oui, c’est possible !), masking tape argent pailleté trouvé chez HEMA.

P1030257

Matériel : Ruban argenté acheté chez HEMA, perforatrice « étiquettes » achetée chez Loisirs et Créations.

Carte Sapin

P1030255

Matériel : c’est sur la photo ! En revanche, chaque petit sapin a été coupé et collé un à un.

Cartes festives

Carte de voeux fait main

Cartes pêle-mêle

Carte de voeux fait main

Carte ludique

P1030262

Bonne soirée,

Bonne rentrée !

rentrée

La rentrée a toujours été une période de l’année que j’ai appréciée.

Plus jeune, c’est bien sûr la rentrée des classes qui m’a marquée. Pour l’anecdote, aller acheter mes fournitures scolaires était LE moment de bonheur de la fin Août. Lire la suite

FLOW : vous connaissez ?

P1020529

FLOW est un magazine venu tout droit de Hollande, lancé en France en Février. Faire apprécier la vie telle qu’elle est sans nous faire culpabiliser, suggérer, inspirer de nouvelles idées créatives… et transmettre l’amour du papier ! En voici le concept… En voilà un vaste programme.

Intriguée par le contenu, la qualité de la mise en page et du support en lui-même (du beau papier, bien épais, comme j’aime !), j’avais réservé la lecture du magazine pour mes vacances : un excellent choix pour une prise de recul assurée.

  • Une approche positive des choses : 

Dans ce premier numéro, plusieurs articles concernaient la notion de temps et d’instant présent. Oui, le temps passe à toute allure. Oui, nous ne pouvons pas faire tout ce que nous souhaiterions, faute de temps… Mais à force d’être hyperactifs, arrivons-nous vraiment à profiter de l’instant présent ? Vivre seulement dans l’instantané n’est-il pas aussi néfaste pour notre quotidien ? La morale de l’histoire, c’est de ne plus culpabiliser. Choisir de ne rien faire, d’être affalé sur son canapé le temps d’un après-midi : c’est juste une autre façon de vivre l’instant. Ouf, je me sens rassurée !

  • Le papier, l’élément roi du magazine : 

L’originalité de FLOW réside aussi dans l’utilisation faite du papier. Ce dernier est résolument au centre de la conception du magazine : c’est ce qui m’a plu. Un jeu sur l’épaisseur du papier permet de donner du rythme à la lecture : parfois, il marque le commencement d’une nouvelle partie, parfois, il porte juste une citation ou une photo d’un artiste invité par la rédaction comme un intermède : peu importe, c’est en touchant ces différents papiers que le plaisir de lire ce magazine se fait ressentir.

Une citation de Jacques Brel… pour positiver !

Le papier nous est aussi offert : dans ce premier numéro, c’est un joli cahier que l’on reçoit. Hâte d’acheter le prochain pour voir quelles surprises nous seront réservées !

  • Les tendances créatives et autres inspirations :

La particularité du magazine est de faire la part belle aux activités créatives. J’ai apprécié les pages dédiées à des artistes, qui décrivent ce qu’ils font, leurs projets du moment, leurs inspirations. FLOW n’est pas non plus qu’une compilation de DIY. Plus subtil, il est dans la suggestion d’idées : c’est le gros point fort de la revue à mon avis. Ainsi, un article est dédié aux guirlandes de fêtes (on en aP1020534 même une offerte !) : les photos qui l’illustrent sont des pistes qui doivent laisser aller notre imagination. On nous dévoile aussi que LA grande tendance DIY du moment, c’est le crochet ! Bon, même après un article ultra positif, avec beaucoup de témoignages et de photos de réalisations, je ne vais pas me mettre au crochet, je dois bien l’avouer… Mais là encore, ceci n’est que suggestion. Et cerise sur le gâteau, FLOW nous parle des projets « 365 jours », ces activités que l’on peut réaliser un peu chaque jour et partager sur les réseaux sociaux. J’aime cette idée que l’on peut devenir créatif et travailler sa créativité au fil des jours. Plus de 100 idées de projets nous sont proposées. Voici mes 3 préférées :

  1. Rédiger le guide touristique d’un pays de son invention. Ecrire chaque jour une page et dessiner les cartes
  2. Faire chaque jour un dessin sur une carte postale et l’envoyer à quelqu’un au hasard
  3. Noter une phrase entendue dans le métro ou au supermarché
  • Des pages sélections sources de découvertes : 

P1020539 Comme dans tout bon magazine qui se respecte, les pages sélections sont très importantes ! Là encore, la revue se différencie avec la mise en avant de produits chinés sur Internet principalement. Voici ce qui a éveillé ma curiosité : Bianca&Family (mobilier vintage notamment), Mini Labo (chouette pour la papeterie et accessoires rétro pour la maison).

FLOW ne fait pas la leçon. FLOW fait du bien. Alors rendez-vous en kiosque dès le 9 avril prochain, date de sortie du second numéro !

Et vous, avez-vous entendu parler de Flow ? Avez-vous déjà lu ce magazine, que ce soit dans sa version française ou anglaise ?

P1020530

Les voeux : cru 2015

« Modes et Travaux », daté de Janvier 2015, titrait : « Le grand retour des cartes de voeux ». Ah, ça c’est une bonne nouvelle !

Et le magazine ne s’est pas arrêté dans ce sacré teasing de première de couverture  puisqu’on a eu le droit ensuite au « pourquoi du comment » des cartes de voeux. Saviez-vous en effet que cette tradition, remontant à la fin du XIXème siècle, nous vient de chez nos voisins anglais? A l’époque, on envoyait une « Christmas card » pour Noël. Puis le timbre-poste s’est démocratisé et cette pratique a perduré… Merci pour cette pause culturelle !

Je porte une attention particulière à la carte de voeux envoyée par la Poste. Cela va plus loin que mon goût pour la papeterie. Pour moi, ce petit rite matérialise vraiment la nouvelle année et donne l’occasion de marquer son estime aux personnes destinataires. Avouez aussi que le petit effet de surprise est plus grand que par mail et fait d’autant plus plaisir? D’ailleurs, l’un des fondateurs du Papier Tigre, une papeterie contemporaine que je vous recommande vivement, a résumé parfaitement ma pensée, dans le dernier « Marie-Claire Idées » :

Aujourd’hui, prendre un stylo, pour envoyer une lettre, devient un vrai acte. … Grâce au virtuel, le papier a repris un statut de support de qualité. Et comme le virtuel est de plus en plus présent, le papier sera de plus en plus marquant.

Bref, le début d’année est toujours marqué par la réalisation de ces cartes. Le cru des cartes de voeux  2015 est placé principalement sous le signe du rouge, de la récup’ et des pailles bicolores notamment ! L’usage du tampon a été aussi sans modération : de la réalisation de petites étiquettes très simples aux inscriptions « Bonne Année », je trouve que cela fait pas mal d’effets ! Enfin, j’ai voulu faire un petit clin d’oeil à mon autre passion, la couture, en agrémentant les cartes de boutons et de rubans par-çi, par-là !

P1020380 P1020382

Image1